Parmi les différentes options de revêtement de sol, le parquet contrecollé est devenu une solution populaire en raison de sa durabilité, de son esthétique et de sa facilité d’installation. Cependant, sa longévité dépend de plusieurs facteurs. Voici quelques critères à considérer pour choisir un parquet de bonne qualité.

Ce qu'il faut retenir :

  • Choisissez la finition de votre parquet contrecollé en fonction de vos besoins : le verni pour une protection maximale contre les rayures, l'huilé pour un aspect chaleureux et naturel, ou le brut pour une personnalisation totale.
  • Optez pour un parquet contrecollé avec une couche d'usure épaisse (2 à 6 mm) pour une meilleure résistance aux éraflures et aux marques, idéal pour les zones à fort passage.
  • Prenez en compte la dureté et la stabilité dimensionnelle de l'essence de bois choisie pour assurer la durabilité de votre parquet sur le long terme. Le chêne, le noyer et le merisier sont des choix populaires en raison de leur résistance aux dommages et aux variations climatiques.

Les finitions du parquet contrecollé : verni, huilé ou brut, que choisir ?

Le parquet contrecollé verni est recouvert d’un revêtement protecteur en polyuréthane ou en acrylique. Cette finition crée une barrière imperméable qui protège le matériau des éraflures, des taches et de l’usure quotidienne. Le vernis offre une surface lisse et brillante qui est facile à nettoyer et à entretenir. Néanmoins, il peut être sujet aux rayures et aux éraflures. En cas de dommage, il peut nécessiter un ponçage complet pour être réparé.

Nous avons aussi le modèle huilé qui est traité avec une huile pénétrante pour nourrir le matériau en profondeur tout en préservant sa texture naturelle. Grâce à ce type de parquet contrecollé, vous obtiendrez un aspect mat et chaleureux qui mettra en valeur la beauté naturelle du bois. De plus, l’huile offre une protection contre l’humidité et les taches. Cette option peut nécessiter un entretien régulier, avec l’application périodique d’un produit pour maintenir sa beauté et sa résistance.

Le parquet contrecollé brut, quant à lui, est livré sans aucune finition, laissant le bois dans son état naturel. Cette option offre une grande flexibilité en termes de personnalisation. Elle permet aux propriétaires de choisir leur propre finition selon leurs préférences esthétiques et fonctionnelles. Toutefois, elle est plus vulnérable aux dommages causés par l’eau, les taches et l’usure. Elle nécessite par ailleurs l’application d’une finition protectrice après l’installation pour assurer sa durabilité à long terme.

parquet contrecollé durable revêtement sol matériau essence bois décoration maison finitions

L’importance de l’épaisseur de la couche d’usure dans le choix de votre parquet

L’épaisseur de la couche d’usure désigne la partie supérieure du parquet, composée de bois massif. C’est cette couche qui détermine sa capacité à résister à l’abrasion, aux rayures et aux impacts quotidiens. Plus elle est épaisse, plus le parquet sera résistant et pourra être poncé plusieurs fois au cours de sa durée de vie. En général, une couche d’usure d’au moins 2 à 6 millimètres est recommandée pour assurer une durabilité optimale.

Un parquet contrecollé avec une couche d’usure plus épaisse présente plusieurs avantages. Tout d’abord, il offre une meilleure résistance aux éraflures et aux marques, ce qui le rend idéal pour les zones à fort passage comme les couloirs, les salons ou les espaces commerciaux. La rénovation du parquet par ponçage peut être faite plusieurs fois au fil des ans, prolongeant ainsi sa durée de vie et préservant son apparence esthétique.

Comprenez l’impact des différentes essences de bois sur la durabilité

La dureté du bois est mesurée par l’échelle de Janka qui évalue sa résistance à l’indentation. Les essences plus dures, comme le chêne, le noyer et le merisier, ont tendance à mieux résister aux éraflures, aux impacts et à l’usure quotidienne.

Certains types de bois sont plus stables que d’autres face aux fluctuations d’humidité et de température. Par exemple, le chêne est réputé pour sa stabilité dimensionnelle, ce qui signifie qu’il est moins susceptible de se dilater ou de se contracter en réponse aux variations climatiques. Une bonne stabilité dimensionnelle est fondamentale pour éviter le gauchissement, le gondolage ou le craquèlement du parquet contrecollé.

Certains bois, comme le teck et le chêne, sont naturellement plus résistants à l’humidité et à l’eau, ce qui en fait des choix appropriés pour les environnements humides. On en trouve en particulier dans les salles de bains ou les cuisines. Choisir une essence de bois adaptée à l’environnement dans lequel le parquet sera installé contribuera à sa durabilité à long terme.